Grand Prix Etudiantes Crédit Agricole Louise Tallerie : nous y étions (et nous avons été bluffées), nous vous racontons…

admin Best practices, Développement personnel, Egalité professionnelle, Innovation, Inspirations, Rôles modèles

Re-mar-quable! L’idée du Grand Prix Étudiantes Crédit Agricole Louise Tallerie, qui invite les étudiantes de tous horizons à oser exprimer leur talent et challenger en direct leur tempérament de future leader, est remarquable. La journée-événement qui l’a vu se concrétiser, hier, sur le campus Evergreen de Crédit Agricole S.A., ne l’était pas moins. Et plus que tout, sont remarquables, épatantes, impressionnantes, ces jeunes femmes que le Grand Prix Louise Tallerie a primées en ce 13 février.

Retour sur une journée… Remarquable! En tous points et à leurs côtés.

 

 

Elles partirent 850…

 

Elles en ont entendu parler dans leur fac, dans leur école, par des « louisettes » de l’an passé ou bien en pérégrinant sur Facebook, comme Julie Goillot, une participante de 23 ans au potentiel charismatique tel qu’on s’imagine déjà la retrouver d’ici quelques années à un poste de leader : « j’ai découvert le concours sur Facebook et je me suis inscrite par curiosité, c’est le meilleur des réseaux sociaux, la curiosité« .

Comme Julie, elles ont été 850 à s’inscrire sur la page Facebook du prix puis à poster une vidéo d’elle avec pour seule consigne « Parlez nous de vous et soyez vous-même« . Comme Julie, certaines ont de l’humour à revendre et n’ont pas hésité à se montrer sous ce jour-là. D’autres ont mis l’accent sur leurs valeurs, sur ce qui leur tient le plus à cœur ou sur l’originalité de leur parcours.

Certaines font des études scientifiques, d’autres sont en école de commerce, mais aussi en pharma, archi, agro, lettres, tourisme… Elles viennent de toute la France, Paris et province, voire de plus loin. Julie, justement, arrive d’Irlande où elle est en année Erasmus.

 

 

90 leaders féminines en puissance à Evergreen

 

Sophie Serratrice

Rude travail de pré-sélection, donc, pour l’équipe organisatrice du Prix Louise Tallerie, reconnait Sophie Serratrice, Directrice du recrutement et de la Marque Employeur du Groupe Crédit Agricole S.A. Elle confesse que si « avoir doublé entre l’édition 2013 et l’édition 2014 le nombre de participantes est un vrai motif de satisfaction« , cette croissance quantitative est bien allée de pair avec « un degré d’exigence renouvelé » des candidates elles-mêmes comme du jury de pré-sélection. Il a fallu cependant n’en garder que 90.

Ces 90-là ne se connaissaient pas, hier matin, quand elles ont convergé vers Evergreen autour de 8 heures 45. « Une demi-heure plus tard, elles étaient réparties en groupes de 3 ou 4, niveaux d’étude et disciplines panachés pour qu’il y ait le plus de diversité possible dans chaque équipe » relate Marie Pelpel, Responsable de la Marque Employeur et des Relations avec l’Enseignement Supérieur chez Crédit Agricole S.A. Et elles découvraient le sujet :  » Quel projet ou initiative innovant pouvez-vous imaginer pour que le Crédit Agricole et LCL deviennent la banque préférée des jeunes actifs de demain?« .

 

 

Un sujet idéal pour ces femmes de la GenY

 

La promo « GPLT 2014 » au complet

« Un sujet idéal pour ces représentantes de la GenY » déclare Anne Flamand, Directrice Associée de Zcomme, l’agence conseil spécialisée en com’ RH qui accompagne Crédit Agricole sur le Prix Louise Tallerie. « Sujet idéal, renchérit-elle, parce qu’évidemment, les jeunes actifs de demain, c’est aussi elles. Sujet idéal encore, parce que la question posée est audacieuse et que, pour cette génération qui ne se laisse pas intimider par les hiérarchies et les légitimités traditionnelles, mais pour qui ce sont les valeurs et les convictions qui font la différence, ce sujet est en soi une invitation à repousser toutes les limites de l’innovation.« 

 

 

En mode projet

 

Accompagnée d’un-e coach pro, chaque équipe s’est alors mise au boulot. En mode projet : on a brainstormé, imaginé, contribué, débattu, formulé, envisagé la faisabilité, conçu des dispositifs, intégré des contraintes… Pour, à la mi-journée, présenter à un pool d’expert-es du Crédit Agricole (parmi lesquel-les Claire Bussac, que le blog EVE interviewait il y a peu) l’avancée des travaux.

C’est un public bienveillant mais pas complaisant qu’elles ont trouvé auprès de ces pros expérimenté-es qui n’ont pas hésité à pointer du doigt les failles s’il y en avait et à tirer les fils des idées de génie qui émergeaient pour que les « Louisettes » les poussent à leur terme dans le temps qu’il leur restait avant de passer devant le jury.

Regonflées à bloc par une plénière de l’experte en leadership Valérie Petit, elles sont donc reparties plancher, avec en ligne de mire l’échéance fatidique de 17 heures qui les conduirait devant un jury mixte de dirigeant-es pour présenter leur projet finalisé.

 

 

10 minutes pour convaincre un jury de dirigeant-es

 

« Dix minutes, pour convaincre« , pas une de plus, précise Anne Flamand, chrono en main, à celles qui s’apprêtent à pénétrer dans la salle où elles seront auditionnées.

« Dix minutes, c’est peu, oui, mais c’est aussi une manière de les immerger dans ce qu’est la vraie vie de l’entreprise où quand tu as une idée, même géniale, à soumettre à un-e dirigeant-e, tu auras non pas dix minutes pour la faire passer, mais en général, pas plus de trois !« 

 

 

En conditions réelles

 

Et Marie Pelpel d’insister sur cette dimension « real life »/ »real business » qui fait toute l’originalité du Grand Prix : « C’est un serious game, l’estime que nous portons au talent de ces jeunes femmes passe aussi par le fait de prendre très au sérieux ce qu’elles ont à proposer, et donc, oui, de leur poser une question vraiment stratégique pour notre Groupe et de les mettre face à celles et ceux qui prennent précisément les décisions stratégiques dans ce Groupe« .

« D’ailleurs, complète Sophie Serratrice, trois des projets qui ont été présentés lors de l’édition 2013 du Prix ont été effectivement développés depuis.« 

 

 

« J’ai déjà tout gagné aujourd’hui… Y compris de nouvelles copines! »

 

Des auditions, les Louisettes sortent vidées comme après un 100 mètres, les joues rougies par toute l’énergie qu’elles ont déployée, parfois le front perlé de sueur, mais souriantes, le regard illuminé, galvanisées.

« Notre » irrésistible Julie Goillot, qui n’a pas perdu son « Foresti mood » en chemin et se félicite d’avoir su tirer des sourires au jury, a adoré l’expérience : « Quoi qui se passe lors de la cérémonie de remise des Prix, j’ai déjà tout gagné aujourd’hui… Y compris de nouvelles copines!« . C’est peu de dire qu’il y a un excellent esprit dans l’émulation, au Grand Prix Louise Tallerie.

 

 

Une magistrale leçon de leadership par Valérie Petit

 

Tandis que les juré-es délibèrent, l’assemblée des Louisettes a rendez-vous avec Valérie Petit qui donne une magistrale conférence à l’auditorium d’Evergreen sur le leadership.

Quand, pour déconstruire les mythes genrés du leadership, elle décrypte avec malice une pub Gillette des années 1980, « la perfection au masculin-in-in-in », les jeunes femmes sont pliées de rire. Quand Valérie Petit cite Sheryl Sandberg, elles feuillettent de conserve le livre « Lean in » qui leur a été à toutes offert. Quand Valérie Petit décrit les valeurs des leaderships transactionnel et transformationnel, elles partagent, enthousiastes, ces vérités optimistes sur Twitter : « Soyez-vous même, c’est le ressort de l’influence quand on est minoritaire! Un jour, l’exotisme paie!« , « Suivez le conseil d’Oprah Winfrey : become more of yourself« , « Est-ce qu’on nait leader ou est-ce qu’on le devient? On devient leader quand on est au plus près de ce qu’on est!« …

 

 

And now, ladies and ladies…

 

Puis, le grand moment arrive. Nous allons connaître le nom des vainqueures du Grand Prix Etudiantes Crédit Agricole Louise Tallerie.

Sophie Serratrice ouvre la cérémonie en saluant la personnalité exceptionnelle de celle à qui le concours doit son nom : cette femme, Louise Tallerie, première Directrice d’une Caisse Régionale de Crédit Agricole, présente parmi nous à travers son petit-fils, François-Xavier Provenchère qui donne dans un portrait admiratif de sa grand-mère une sublime définition du leadership « elle avait une autorité naturelle car on pouvait compter sur elle« .

Charge à Jean-Paul Chifflet, Directeur Général de Crédit Agricole S.A. de prendre le micro après ce grand moment d’émotion. Et pour quel épatant discours qui dit l’engagement fort et déterminé du groupe à donner aux femmes la place qu’elles méritent, aux jeunes talents leur chance de réussir, et à son groupe l’opportunité de s’appuyer sur des femmes comme celles qui l’écoutent en cet instant pour se rendre toujours plus performant.

 

 

Trois coups de coeur et un Grand Prix

L’émotion et le suspense sont à leur comble. Sophie Serratrice le promet : d’ici quelques secondes, Isabelle Job-Bazille, Directeur des Etudes Economiques de Crédit Agricole S.A., Olivier Gavalda, Directeur du pôle Caisses régionales et Bernard Buisson, DGA Crédit Agricole Centre Est, représentant le jury, vont dévoiler trois coups de coeur et un Grand Prix.

Troisième coup de coeur, donc, pour les « suffragettes 2.0 » et leur projet de micro-crédit participatif pour les jeunes porteurs de projet. Deuxième coup de coeur pour les « Louises XV » et leur idée de « speed-banking ». Premier coup de coeur pour « diversiteam » et le projet communautaire « Ma région a de l’avenir »…

 

Lumm’inov, l’équipe gagnante

Roulement de tambour, voici enfin la révélation du Grand Prix. Nous avons par hasard (vraiment par hasard), la chance d’être assise dans l’auditorium justement à côté de celles dont on annonce le nom. Alors, quand elles entendent « le Grand Prix 2014 est attribué à… l’équipe « Lum’Innov » pour le projet « work hard, play hard »! », on sent toute la rangée sursauter de surprise avant d’exploser de joie.

Jean-Paul Chifflet exprime toute l’admiration que lui a inspirée cette géniale idée de produit articulant stimulation professionnelle et épanouissement personnel pour les jeunes actifs clients de la banque. Puis il transmet le micro à la porte-parole de l’équipe… Qui conclut d’un joyeux « Nous avons worké hard toute la journée! et bien, maintenant, let’s play encore plus hard« .

Qui aurait rêvé meilleure transition pour annoncer la réjouissante networking party qui va suivre jusque tard dans la nuit…

 

 

 

Marie Donzel avec la complicité d’Anne Rochon, pour le blog EVE

 

Merci à Sophie Serratrice et Marie Pelpel du Crédit Agricole SA, Ludovic Hebrard et Anne Flamand de l’agence Zcomme, Valérie Petit… Et Julie Goillot des « Louisette 2014 », bien sûr!