« Il faut accélérer l’agenda de l’empowerment et du leadership des femmes »

Eve, Le Blog Dernières contributions, Développement personnel, Egalité professionnelle, Responsabilité Sociale, Rôles modèles

 

Rencontre avec Jean-Christophe Laugée, Directeur de Danone Ecosystème et de l’innovation sociale dans le Groupe Danone

 

 

110 pages, 40 contributrices et contributeurs, 62 projets innovants : le guide « Women Empowerment for Inclusive Business » édité par le Fonds Danone Ecosystème vient de paraître.

Entre beau livre richement illustré de photos rapportées de projets répartis sur la surface du globe et manuel d’innovation sociale à l’usage des « change makers » qui comptent (aussi) sur les femmes pour inventer le futur, cet indispensable ouvrage rend un parfait hommage à celles qui transforment le monde en le faisant leur.

Pour en parler, la rédaction du blog EVE a rencontré Jean-Christophe Laugée, directeur d’Ecosystème et de l’innovation sociale chez Danone.  

 

 

 

Eve le blog : Bonjour Jean-Christophe. Racontez-nous l’histoire de ce guide « Women Empowerment for inclusive Business ». Est-ce une première ?

Jean-Christophe Laugée : Dès ses débuts, il y a maintenant 6 ans, le Fonds Danone pour l’Ecosystème s’est conçu comme un programme dirigé vers les acteurs économiques et sociaux en relation avec Danone, mais aussi comme un espace d’innovation et d’expérimentation de nouvelles pratiques susceptibles d’inspirer les Danoners.

Nous avons créé donc un système de communication interne, par simple newsletter bimestrielle ; mais assez rapidement, nous avons pris conscience qu’il faudrait aussi retracer toute l’histoire de cette aventure collective, en plus de parler de chacun des projets. Aussi, dès 2010, nous avons imaginé d’éditer des guides pour donner, au-delà de l’angle projet, les projets à lire avec une vision globale de nos actions et de notre approche et ce, dans toute la cohérence de l’aventure Ecosystème.

Le premier de ces guides fut consacré à la co-création : on y expliquait de façon très didactique comment construire des projets socialement innovants avec d’autres acteurs que ceux du pur business (tous les projets soutenus par Ecosystème sont crées avec des ONG et/ou des institutions). Le second avait pour thème l’agriculture, question prioritaire s’il en est, à l’échelle de toute une planète qui doit urgemment repenser les modèles de production alimentaire si elle veut pouvoir nourrir toute sa population. Le troisième est consacré au Women Empowerment, thème qui m’est particulièrement cher, car je ne voyais pas de sujets plus urgent et plus important à aborder aujourd’hui que la contribution des femmes à l’innovation sociale.

 

 

Eve le blog : Pourquoi ce sujet des femmes s’est-il si nettement imposé? 

Jean-Christophe Laugée : Parce qu’il suffit de regarder ce qui se passe sur le terrain pour observer à quel point la dynamique de transformation économique et sociale est aujourd’hui, partout dans le monde, portée avant tout par les femmes.

Muriel Pénicaud, qui a contribué à la création de Danone Ecosystème en avait eu l’intuition, en insistant, à l’époque sur l’attention toute particulière que le Fonds devrait accorder aux femmes, dans le cadre de sa mission globale de développement d’une économie plus inclusive.

Cette intuition se vérifie clairement aujourd’hui, au regard du nombre de projets portés par des femmes que nous soutenons ainsi que dans le nombre de femmes impactées par ces projets. Les femmes font un boulot remarquable pour l’intérêt général, mais elles ne sont pas suffisamment mises en avant. Alors, voilà, il est temps de les mettre en lumière, ce qui est l’un des objectifs premiers de ce guide.

 

 

Eve le blog : Vous avez opté pour l’angle de  « l’empowerment » pour écrire cette histoire des femmes soutenues par Ecosystème. Pourquoi ?

Jean-Christophe Laugée : Ce terme d’empowerment est très fort. En français, on le traduit par « autonomisation », mais c’est une traduction qui oublie que dans « empowerment », il y a « power ».

L’empowerment, c’est donner accès à la connaissance, aux moyens matériels et à des espaces de visibilité à des personnes pour qu’elles puissent faire des choix fondamentaux pour elles-mêmes et pour leur communauté.

 

 

Eve le blog : Vous placez la visibilité des femmes au même titre que d’autres leviers de leur empowerment. Pourquoi cela vous paraît-il stratégique ?

Jean-Christophe Laugée : Parce que des personnes qui font des choses sans être vues sont privées de reconnaissance pour elles-mêmes et dans l’impossibilité d’avoir de l’impact sur leur environnement.

Partout dans le monde, montrer ce que les femmes font de puissant, c’est d’abord leur rendre un juste hommage, ensuite donner de l’ampleur à leurs actions et enfin proposer des rôles-modèles inspirants pour d’autres.

Plus on verra de femmes agissantes, plus les femmes agiront. Et quand on voit comme elles sont courageuses, inventives et, dans nombre de cas, fondamentalement tournées vers le bien commun, c’est le bon sens même de les vouloir toujours plus nombreuses aux responsabilités.

 

 

Eve le blog : Qu’ont en commun, en dehors du fait d’être portés par des femmes, les 62 projets que vous présentez dans le guide Women Empowerment?

Jean-Christophe Laugée : Ils ont avant tout en commun d’avoir un impact social, c’est le critère premier de tout projet accompagné par Danone Ecosystème.

Ensuite, je crois que l’histoire qui se raconte au fil des lignes de ce guide Women Empowerment, c’est celle d’une « slow revolution ». C’est une vraie révolution, qui met véritablement les modèles économiques traditionnels au défi du sens et qui est en train de prendre suffisamment d’ampleur pour faire bouger les lignes. Mais c’est du « slow », dans deux sens possibles du terme : ça se passe peut-être encore trop lentement (il faut vraiment que, maintenant, on accélère l’agenda du leadership des femmes ; on ne peut plus attendre pour réaliser l’égalité) ; mais ce « slow », on peut aussi l’entendre comme le cœur même de cette révolution en marche. Peut-être que c’est précisément dans des façons de voir et de faire qui cassent le rythme effréné de l’activité économique classique qu’on va voir émerger les grands changements que l’on espère pour l’avenir.

 

 

Propos recueillis par Marie Donzel, pour le blog EVE. Avec la complicité de Valérie Amalou (Danone)

 

 

Le « Women empowerment » en 5 chiffres clés à retenir :

 

Les femmes comptent pour 67% de la force de travail mondiale et perçoivent 10% des revenus distribués à l’échelle de la planète

70% des personnes pauvres dans le monde sont des femmes

Chaque année supplémentaire d’éducation/formation des femmes accroit de 10% à 30% leur rémunération

Entre 2013 et 2015, les projets soutenus par Danone Ecosystèmes ont créé 1536 emplois pour des femmes

 

Lire aussi :

 

> Notre interview d’Elodie Neil, directrice « Direct to Consumer » de Danone qui travaille en étroite relation avec le Fonds Danone Pour l’Ecosystème

> Notre rencontre avec Corinne Bazina, Directrice Générale de danone.communities

> Notre rencontre avec Miora Ranaivoarinosy, Social Innovation & Community Manager de danone.communities.

> Notre entretien avec Philippe Guichandut, directeur du développement et de l’assistance technique de la Fondation Grameen Crédit Agricole

> Notre entretien avec Claire Botella,Consultante Strategy & Operations chez KPMG, participante au forum One Young World

> Notre portrait de Bouchra Aliouat, Secrétaire Générale de la Fondation KPMG

> Notre rencontre avec Anne McLaren, Directrice Dialogues Parties Prenantes à la Responsabilité Sociale d’Entreprise d’Orange, au sujet de la réduction du Connectivity Gap entre femmes et hommes dans le monde en développement

> Notre rencontre avec Chiara Condi, fondatrice de Led by her, programme de promotion de l’entrepreneuriat pour les femmes en situation de vulnérabilité