3è Baromètre StartHer/KPMG : la place des femmes dans la tech en progression

Eve, Le Blog Dernières contributions, Egalité professionnelle 1 Comment

Le 3ème Baromètre StartHer/KPMG a été rendu public fin mars 2019. Ces conclusions « prouvent que l’entrepreneuriat féminin monte en puissance » pour Maya Noël, responsable Talents de StartHer, tout en indiquant que des efforts sont à poursuivre pour que « les femmes qui veulent participer à la création de valeur technologique dans notre économie » puissent prendre toute leur place dans le paysage de l’innovation, selon Nicolas Beaudoin, associé KPMG.

Effectivement, les chiffres du Baromètre StartHer/KPMG indiquent une tendance positive pour la place des femmes dans la tech mais des freins persistent.

1/ Les montants levés par les start-uppeuses sont en croissance

Les montants levés dans la tech par des femmes ont augmenté de 68% en 2018. Par ailleurs, l’écart de ticket moyen entre femmes et hommes est en nette régression : de 50% au premier tour en 2017, il est passé à 4% en 2018 ! Autre bonne nouvelle : les femmes sont davantage présentes au second et au troisième tour.

2/ Confirmation d’une tendance : les femmes de la tech investissent les secteurs prometteurs

Autre enseignement du baromètre StartHer/KPMG : les start-uppeuses se diversifient et s’engagent dans les secteurs les plus prometteurs de la tech. Leur part diminue dans l’e-commerce et les services pour s’établir à 34%, en contrepartie de quoi elle augmente dans les logiciels et services informatiques, ainsi que dans les biotechs où elles représentent aujourd’hui 23% des entrepreneur·e·s contre 13% l’an passé

3/ Le nombre de projets financés en diminution

Ces progrès cachent cependant une diminution du nombre de projets financés : en 2017, les femmes représentaient 14,5% des entrepreneur·e·s innovant·e·s financé·e·s ; elles ne sont plus que 12,5% aujourd’hui. 11 sociétés « serial leveuses » captent le gros des fonds levés par des start-ups ou des scale-ups fondées et dirigées par des femmes.

Un signal à double tranchant : d’un côté, on peut se réjouir de voir que des entreprises créées par des femmes atteignent de hauts niveaux de financement ; d’un autre, on peut regretter que cet intérêt des financeurs pour les stars féminines du paysage de l’innovation ne crée pas d’effet d’aspiration susceptible d’amplifier globalement la féminisation de la tech.

ET AUSSI…

Comments 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *