Les 5 infos égalité / mixité à retenir de mai 2019

eveprogramme Actualité, Dernières contributions

Comme chaque mois, le programme EVE vous présente les 5 infos qu’il ne fallait pas manquer sur les fronts de l’égalité professionnelle, de la mixité et du leadership équilibré.

 

L’initiative du mois : une écharpe pour dénoncer les disparités de temps de paroles F/H

Pour dénoncer les inégalités F/H, Sue Montgomery, conseillère municipale à Montréal, a eu une idée brillante : tricoter une écharpe. Le rapport ? Pour démontrer que les hommes tendaient à monopoliser les débats au détriment de leurs homologues féminines, alors même que le conseil est équilibré (31 femmes et 34 hommes), elle s’est mise à tricoter. Toujours pas ? En utilisant du fil rouge quand la parole est prise par les hommes et du fil vert quand elle l’est par les femmes : voilà une belle infographie interactive ! Le visuel est d’ailleurs sans équivoque : au premier jour du projet, l’écharpe est bien plus « tomate » que « concombre » ! Force est de constater que cette monopolisation du temps de parole, dont le manterrupting en est un symptôme, ne s’illustre pas qu’en politique. En dépit de ses personnages féminins exemplaires, la série Game of Thrones ne peut pas se vanter de donner la ligne aux femmes. En compilant les données de la série phare d’HBO, la start-up suédoise Ceretai s’est intéressée à la distribution des temps de parole : 73% pour les hommes au global contre 27% pour les femmes. Et avec seulement 22% du temps de parole dédié aux personnages féminins, la saison 8 qui vient de s’achever est d’ailleurs la moins égalitaire de toutes. À quand le 50-50 ? Visiblement « not today », comme dirait Arya Stark… Sue Montgomery reste néanmoins optimiste, en espérant que son action permettra de réveiller les consciences et que d’ici Noël, son tricot évoluera vers un meilleur équilibre des couleurs.

 

Le sommet du mois : à Paris, le Women 7 se réunit pour mobiliser le G7 à prendre des décisions en faveur de l’égalité des genres dans le monde

Après le sommet inédit qui avait réuni 16 femmes ministres des Affaires étrangères à Montréal en septembre 2018, la diplomatie féministe est en bonne voie. Le mouvement Women 7, ou W7, qui rassemble des associations de défense des droits des femmes et des filles dans les pays du G7 et dans le monde s’est réuni le 9 mai 2019 à la Maison de l’UNESCO à Paris afin de motiver le G7 (qui se tiendra à Biarritz du 25 au 27 août prochain) à prendre des mesures politiques et financières en faveur de l’égalité des genres. Plus de 400 activistes féministes dont Assia Benziane, agente du service commercial train (ASCT) chez Ouigo, étaient ainsi présentes à cet évènement organisé par les associations CARE et Equipop pour échanger et formuler des préconisations aux ministres du G7. Deux grandes priorités en sont ressorties : l’augmentation des ressources financières en faveur des associations féministes et l’accroissement de la participation des femmes et des filles à l’élaboration des politiques locales et internationales.

 

La promotion du mois : un nombre record de diplômées Afro-Américaines pour l’Académie militaire de West Point

La prestigieuse Académie militaire de West Point (ou USMA), qui entraîne plus d’officier·es de l’Armée américaine que n’importe quelle autre institution, est fière d’annoncer ce mois-ci qu’elle aura diplômé un nombre record de citoyennes Afro-Américaines. Deux ans après la nomination en 2017 de Simone Askew au poste de première capitaine, cheffe du Corps des cadet·tes (la première Afro-américaine à ainsi paver la voie), 34 cadettes Afro-américaines ont obtenu leur diplôme ce 25 mai 2019 (contre 27 l’année dernière), tout comme 19 femmes hispaniques, un record également. La police de New York n’est pas non plus en reste pour promouvoir les diversités au sein de ses effectifs : alors que la dernière promotion de l’Académie de Police en date ne compte que 3% d’Américaines d’origine asiatique, le NYPD a annoncé le 26 mai 2019 œuvrer activement pour recruter davantage au sein de cette population minoritaire dans ses rangs. Autre bonne nouvelle en matière de féminisation des armées, en Inde cette fois : le 22 mai 2019, la lieutenante d’aviation Bhawana Kanth est devenue la première pilote de combat indienne à se qualifier pour mener des missions de combat opérationnelles !

 

Le média du mois : les femmes plus nombreuses que les hommes à faire la Une du magazine Time !  

Pour la première année de la longue histoire du magazine d’information américain fondé en 1923, le Time met davantage de femmes à l’honneur de ses Une que d’hommes. C’est le constat d’une analyse réalisée par Axios : depuis le début de l’année 2019, 44% des Unes illustrent seulement des femmes, contre 22% qui n’illustrent que des hommes. Il s’agit là d’un grand vent de changement pour l’un des principaux magazines du pays de l’oncle Sam : en effet, depuis 1923, 3 199 couvertures ont été dédiées à des personnalités masculines, pour 682 dédiées à des personnalités féminines.

 

L’annonce du mois : les femmes désormais majoritaires à la direction des programmes scientifiques de la NASA

Après le fail du mois de mars 2019 avec la sortie spatiale 100% féminine annulée faute d’uniformes adaptés, la NASA se rattrape au mois de mai avec deux annonces réjouissantes en matière de mixité. Thomas Zurbuchen, l’administrateur associé de la direction de la mission scientifique de l’agence spatiale américaine a annoncé fièrement ce 10 mai que pour la première fois de son histoire, trois de ses pôles scientifiques sur quatre étaient aujourd’hui dirigés par des femmes. À la tête de ces divisions scientifiques, Nicola Fox, Sandra Cauffman et Lori Glaze sont donc trois femmes exemplaires, véritables roles modeles, susceptibles d’en inspirer d’autres à suivre leur pas. Et puisqu’on parle de pas, la NASA a également révélé, suite à l’augmentation de son budget par le président Donald Trump, l’ambition d’envoyer à nouveau des astronautes sur la lune, ce qui n’est pas arrivé depuis 1972. Le projet, intitulé Artémis – du nom de la déesse grecque de la nature sauvage et de la chasse – n’est pas choisi au hasard : d’ici 2024, il se pourrait bien qu’une femme foulera pour la première fois l’astre lunaire. Un petit pas pour la mixité… un grand pas pour l’humanité !

 

Valentine Poisson, pour le webmagazine EVE

ET AUSSI…