A quelle femme offririez-vous une plaque ? Résultats du sondage

Eve, Le Blog Egalité professionnelle, Leadership, Rôles modèles

Il y a quelques semaines, nous rebondissions sur la décision de la RATP et de la Mairie de Paris de donner à 9 stations de tram 9 noms de femmes en vous proposant de répondre à notre sondage : à quelle femme voudriez-vous donner le nom d’une rue, d’une station ou d’un monument célèbre ?

 

Vous avez été nombreux-ses à nous suggérer, via facebook, sur twitter, sur notre groupe privé LinkedIn et par courrier électronique des noms de femmes d’exception.

A la lecture de vos propositions, 5 grandes tendances s’affirment. Les femmes qui, selon vous, laissent une empreinte forte dans l’histoire sont :

 

– celles dont les écrits et les travaux intellectuels ont fait avancer la réflexion sur la condition des femmes,

– celles qui ont mené une action politique fortement symbolique,

– celles dont la réussite professionnelle est un modèle,

– celles qui ont accompli un exploit sportif,

– celle qui vous a donné la vie… Et bien plus !

 

 

Rues des femmes de lettres

Vous avez abondamment cité Olympe de Gouges et Simone de Beauvoir ou plus près de nous Elisabeth Badinter.

 

Des féministes assumées, donc, dont vous saluez le travail de mise en évidence des inégalités femmes/hommes et la force de propositions intellectuelles pour oeuvrer au changement.

 

Certain-es d’entre vous y ajoutent la figure de George Sand, celle de Marguerite Yourcenar, de Marguerite Duras, de Jacqueline de Romilly, de Françoise Giroud, de Benoîte Groult ou encore de Toni Morrison, la première femme noire à avoir reçu le Prix Nobel.

 

 

Rues des femmes engagées

 

Un nom revient souvent aussi, parmi vos propositions : Simone Veil. A cette rescapée de la Shoah qui a pris des responsabilités politiques à partir des années 1970, nous devons la dépénalisation de l’interruption volontaire de grossesse.

 

Parmi les femmes engagées, vous citez aussi la révolutionnaire Rosa Luxemburg, la mère du mouvement des droits civiques Rosa Parks et la première Ministre de la république d’Inde, Indira Gandhi.

 

Arrêtons nous aussi un instant sur votre souhait de décerner une plaque à Mother Jones, militante syndicaliste américaine qui conduisit une croisade d’enfants travailleurs jusqu’aux balcons de Theodore Roosevelt au son de « Nous voulons aller à l’école » et « nous voulons du temps pour jouer ». Cette action et d’autres lui valurent les  surnoms de « femme la plus dangereuse d’Amérique » et de « grand-mère de tous les agitateurs » en plus d’une multitudes d’arrestations.

 

 

Rues des modèles de réussite professionnelle

 

Une femme entre toutes recueille un maximum de suffrages : c’est Coco Chanel ! Le destin de la petite couseuse autodidacte devenue la reine d’un empire du luxe et l’incarnation de l’élégance à la française vous fascine. Celles dont les contemporains qualifièrent le style de « genre pauvre » et les créations de « tenues pour télégraphistes sous-alimentées » et autres « secrétaires de banlieue » reste le symbole éclatant du talent, de la force de travail et de la détermination capables de faire mentir tous les préjugés !

 

Parmi les femmes d’exception dont le parcours professionnel est exemplaire, vous avez aussi relevé Claudie Haigneré, la première française à avoir voyagé dans l’espace.

 

 

Rues des championnes

 

Elles tapent dans la balle, courent à toute vitesse, fendent les flots, soulèvent des poids et accomplissent des exploits sur le terrain sportif qui sont autant de symboles du désir de dépassement de soi commun aux hommes et aux femmes.

Vous avez évidemment pensé à Nicole Abar, ex-footballeuse professionnelle et fidèle intervenante au programme EVE. Les femmes de la mer, de Florence Arthaud à Samantha Davies en passant par Anne Liardet méritent elles aussi, à vos yeux, qu’on rende collectivement hommage à leur force mentale dans un des rares sports mixtes. Nous a encore été signalée Soraya Jimenez, haltérophile mexicaine médaillée d’or à Sidney, qui aura essuyé au cours de sa carrière une foule de remarques sexistes sur le défaut de « féminité » de sa discipline sans pour autant jamais relâcher son effort sportif.

 

 

Impasse des mamans ?

Nous avons été très ému-es de voir que la femme à laquelle nombre d’entre vous remettraient bien volontiers une médaille, un trophée ainsi qu’une plaque de rue, c’était votre propre mère… Et peut-être toutes les mères du monde, à l’occasion !

L’intention est touchante. Mais nos mamans ne sont-elles pas aussi et avant tout des femmes en quête d’accomplissement personnel ET professionnel, en demande de reconnaissance familiale ET sociale, en mission d’éducation de leurs enfants AVEC les papas ? Et si on décernait plutôt une plaque à tous les parents qui réussissent à concilier vie professionnelle et vie personnelle dans une juste et équitable répartition des responsabilités ?

 

 

Marie Donzel

ET AUSSI…

Comments 1

Comments are closed.