Travailler sur le droit au biberon du père !

Eve, Le Blog Dernières contributions, Développement personnel, Egalité professionnelle

Il y a deux jours, Brigitte Gresy remettait un rapport à la ministre des solidarités et de la cohésion sociale Roselyne Bachelot. Dans ce document, l’inspectrice générale des affaires sociales propose de créer, en plus du congé maternité, un « congé d’accueil de l’enfant » également partagé entre le père et la mère. Objectif ? Favoriser un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie familiale et donner un coup de pouce à l’égalité hommes-femmes dans le monde du travail, comme l’explique cet article du Monde.
L’occasion de revenir sur les idées défendues par Brigitte Gresy en décembre dernier lors du Programme EVE, en séance plénière et en atelier.


Tout d’abord, un constat : la parité de loin la moins appliquée en France est celle sur l’égalité professionnelle.
Et deux symptômes : 27 % d’écart de salaire sont encore et toujours constatés dans notre pays, 16 % à peine des femmes bénéficient d’un temps plein.

En prime, la parentalité serait « bancale ». Pour preuve, 80 % des tâches domestiques sont toujours assumées par les femmes et 40 % d’entre elles voient leur trajectoire professionnelle changer à la naissance d’un enfant.
Et les négociations collectives en entreprise n’y changent pas grand chose. Peu de contrôle, peu de jugements… Même à la Halde, seuls 6 % des recours concernent des question de parité.

Pourtant, trois arguments à peine devraient faire la différence pour booster l’égalité professionnelle :
l’éthique et l’équité : l’égalité est un principe constitutionnel français à la base de l’Europe, qui s’intègre parfaitement dans la RSE revendiquée par les entreprises.
les ressources : les femmes sont un vivier de talents dont il serait idiot de se priver, surtout quand on sait que 50 % d’entre elles ont un diplôme de l’enseignement supérieur, contre 39 % des hommes.
la performance : la mixité est un facteur de rentabilité globale de l’entreprise (si si c’est prouvé !)

Mais le sujet reste sensible. Brigitte Grésy, affirme ainsi, non sans humour, être « celle par qui le scandale des quotas est arrivé » ! Car selon cette oratrice de talent – et l’histoire le prouve – l’égalité ne s’obtient que par la contrainte, jamais au fil du temps.
Et, en la matière, l’égalité se mesure à trois choses : le nombre de femmes à l’embauche, l’accès à la formation, le nombre de femmes dans les Codir et Comex.
Pour autant, en plus des obligations qu’il faut imposer aux entreprises sur ces points clés, un autre sujet peut être un bon moyen de faire évoluer les mentalités : la parentalité.
En l’occurrence, il s’agit surtout de cesser de considérer que parentalité ? non performance. Ce sont tout de même les enfants qui payeront les retraites des hommes aussi !

Alors pourquoi les femmes seraient-elles à la fois moins payées et prendraient gratuitement en charge l’éducation des enfants que leur sous-traitent les hommes ?
Une des solutions serait donc de revaloriser la paternité et de donner les moyens aux hommes d’exercer leur parentalité, sans voir leur carrière stoppée net.

Favoriser l’équilibre des responsabilités familiales, pour favoriser l’équilibre des responsabilités professionnelles et travailler sur le droit au biberon du père : voilà une façon douce de changer les choses.

Programme EVE

A lire, l’excellent Petit traité contre le sexisme ordinaire, paru en septembre 2009 chez Albin Michel et toujours d’actualité.

Petit Traité contre le sexisme ordinaire

Comments 2

  1. Pingback: EVE Le Blog » Blog Archive » De soi vers le monde : pour un leadership féminin assumé

Comments are closed.