Le Fonds Danone pour l’Ecosystème participe à l’empowerment des femmes partout dans le monde

Eve, Le Blog Actualité, Dernières contributions, Développement personnel, Egalité professionnelle, Leadership, Responsabilité Sociale, Rôles modèles

Ana Bella Estevez à EVE 2012, Iman Bibars à EVE 2013… L’une œuvre, avec sa Fondation, à rendre confiance aux femmes victimes de violences domestiques en leur offrant des opportunités professionnelles valorisantes. L’autre préside une association de lutte contre la pauvreté qui fournit des micro-crédits et une aide juridique aux femmes défavorisées du monde en développement.

Toutes deux ont bouleversé l’assemblée, quand elles sont intervenues en plénière à Evian.

Toutes deux ont été découvertes par les organisatrices du Programme EVE via le Fonds Danone pour l’Ecosystème.

 

 

Franck Riboud : « Il est de l’intérêt même d’une entreprise de prendre soin de son environnement économique et social. »

Mais quelle est la mission de ce Fonds ? La réponse est apportée avec clarté sur la page du site Internet qui lui est consacré, par Franck Riboud, PDG de Danone : « aucun organisme ne se développe dans un milieu appauvri ou dans un désert. Il est de l’intérêt même d’une entreprise de prendre soin de son environnement économique et social, en un mot de son écosystème.« 

La voilà, la vocation même du Fonds Danone pour l’Ecosystème : considérer, dans une démarche de responsabilité de l’entreprise, que « toutes les parties prenantes de la chaîne de valeur, fournisseurs, éleveurs, distributeurs et même « recycleurs »… » sont des acteurs en interdépendance forte avec Danone et « prendre conscience de notre impact sur ces populations, sur notre environnement« , explique Anne-Laure Prévost, communication & learning manager chez Danone.

 

 

Renforcer la confiance, l’esprit de partenariat et la bonne volonté de toutes et tous dans le cadre d’échanges économiques durables.

 

L’entrepreneure sociale Iman Bibars à EVE 2013

Alors, quand en 2009, Danone décide de doter un fonds de financement de projets d’intérêt général, à hauteur de 100 millions d’euros, le but est bien de renforcer la confiance, l’esprit de partenariat et la bonne volonté de toutes et tous dans le cadre d’échanges économiques durables.

Il est aussi de « générer de l’innovation en intégrant dans la logique de l’entreprise des points de vue divers amenés par d’autres acteurs économiques, mais aussi par le monde associatif, les ONG, la sphère de l’entrepreneuriat social« , ajoute Anne-Laure Prévost.

Le Fonds s’attache d’ailleurs tout particulièrement à prolonger les actions de Danone en faveur de l’empowerment des femmes par-delà les frontières du groupe.

 

 

Espagne : la Social School for Women Empowerment, pour offrir des opportunités professionnelles valorisantes aux femmes rescapées de violence

Des exemples? On pense bien sûr au partenariat avec la Fondation d’Ana Bella Estevez qui a abouti à la co-création avec Danone Espagne de la Social School for Women Empowerment.

Ce programme de formation appliquée offre aux femmes rescapées de violences de vraies opportunités professionnelles dans les métiers commerciaux, pour développer « la confiance en soi de celles qui ont perdu confiance en tout et qui redéployent par le travail leur potentiel professionnel, leur sociabilité et leur perspectives d’avenir après avoir traversé le pire« .

 

 

 

Indonésie : Merapi Project, pour réhabiliter l’activité agricole d’une région terrassée en comptant sur les énergies féminines

On évoque aussi le projet Merapi, sur l’île indonésienne de Java.

Merapi, c’est le nom d’un volcan entré en éruption en novembre 2010, faisant 350 victimes, des centaines de blessé-es, des déplacements de population énormes et une désorganisation désastreuse de l’activité agricole locale.

Dans le cadre des activités du Fonds, Sari Husada, filiale nutrition infantile de Danone en Indonésie, en partenariat avec la Fondation Temali, soutient des groupes d’entraides qui travaillent à la réhabilitation de l’activité agricole dans la zone sinistrée. Parmi ces groupes, l’un est exclusivement composé de femmes qui développent conjointement une activité d’élevage et une expérience pilote de conditionnement de lait frais en petites doses.

Ces femmes expriment une préoccupation majeure : avoir leur propre source de revenus pour être indépendantes et pour envoyer leurs enfants à l’école. Anne-Laure se fait leur porte-parole : « En disant : « nos enfants seront éduqués et ils auront en plus toujours vu leur mère travailler », ces femmes savent qu’au-delà du fait de nourrir leur famille, leur courage est utile à toute la société et qu’elles peuvent concrètement faire évoluer les mentalités.« 

Un projet comme celui-ci est très emblématique de l’esprit du Fonds Danone pour l’Ecosystème qui vise des actions porteuses d’impact à court, moyen et long terme, dans toutes les dimensions de l’existence des personnes et de leur entourage, ainsi que pour les sociétés.

 

 

 

Brésil : Kiteiras, pour encourager l’entrepreneuriat au féminin dans une région très défavorisée du Brésil

Encore un exemple? Anne-Laure parle avec enthousiasme du projet Kiteiras.

On se transporte donc de Java dans le Nordeste brésilien, une région très défavorisée où l’accessibilité des produits Danone est un enjeu fort pour le Groupe.

Le Fonds soutient sur place la création d’un canal de vente directe au consommateur animé par une force de vente locale, issue des quartiers les plus pauvres : « ce sont, pour certaines, des mères célibataires que l’on forme doublement, en techniques de vente mais aussi en « skills for life » pour les accompagner dans leur développement de soi« .

C’est également un projet visant à l’autonomie des personnes aidées, où les femmes les plus chevronnées et entreprenantes « marrainent » d’autres femmes et insufflent l’esprit d’entrepreneuriat à l’ensemble de leur communauté.

 

 

De ces projets tous plus innovants les uns que les autres, le groupe Danone reçoit autant qu’il donne 

Mais l’esprit du Fonds n’est pas à la charité. Il est au respect de la capacité de chacun-e à faire valoir ses talents et à participer à la création globale d’une richesse partagée. Il est aussi à l’échange et au partage des pratiques innovantes : « toutes ces initiatives inspirantes, nous pouvons aussi les voir comme une forme de décentralisation d’une forme de R&D sur les business models, chacun à leur échelle. »

De ces projets tous plus innovants les uns que les autres, le groupe Danone reçoit autant qu’il donne : en créativité, en innovation, en challenge des process de l’entreprise…

« Les activités du Fonds Danone pour l’Ecosystème sont en résonance naturelle avec la culture du test & learn si chère à Danone« , conclut Anne-Laure Prévost.

 

A suivre…

 

 

 

Marie Donzel, avec Marisa Guevara

 

Tous nos remerciements à Anne-Laure Prévost, learning & communication manager chez Danone, qui a pris le temps de répondre à nos questions sur le Fonds Danone pour l’Ecosystème et de nous raconter la belle aventure de quelques projets qu’il accompagne.

 

ET AUSSI…