Le Forum de la Mixité donne toutes ses chances à l'égalité professionnelle

Eve, Le Blog Actualité, Dernières contributions, Egalité professionnelle, Leadership, Rôles modèles

 

Nous l’annoncions dans notre dernier agenda du leadership au féminin : le troisième Forum de la Mixité ouvre ses portes vendredi prochain, le 13 décembre 2013.

Un vendredi 13, c’est un coup de chance“, s’exclame Emmanuelle Gagliardi, initiatrice de cet événement produit par son agence CONNECTING WoMEN. “L’an passé, le Forum se tenait le le 21.12.2012, la jour de la… Fin du monde! Le monde est toujours là, mais le monde nouveau n’est pas encore né, nous allons le faire émerger!“.

 

Faire émerger un monde nouveau, un monde où l’égalité professionnelle sera devenue une évidence, c’est tout l’objet du Forum de la Mixité, une rencontre unique en son genre (!) pour engager autrement le dialogue femmes/hommes au travail. Quelques jours avant l’inauguration de ce Forum, nous avons rencontré Emmanuelle Gagliardi.

 

Jeu de questions/réponses sans tricheries sur tout ce qui fait débat quand on parle d’égalité et de mixité.

 

 

 

Programme EVE : Bonjour Emmanuelle. Avant de créer le Forum de la mixité, vous vous êtes fait connaître, il y a quelques années, avec un guide des réseaux de femmes en France. Revenons pour commencer sur la genèse de cet ouvrage…

Emmanuelle Gagliardi ©Tanguy de Montesson

Emmanuelle Gagliardi : J’ai vécu aux Etats-Unis au début des années 2000 et j’ai constaté l’incroyable vitalité des réseaux de femmes, là-bas. A mon retour, j’ai voulu voir ce qu’il en était en France. Ce que j’ai constaté, c’est que les réseaux de femmes étaient nombreux mais très peu visibles. A l’époque, le seul bouquin sur le sujet en France, c’était celui d’Alain Marty, Clubs et réseaux d’influence. Les réseaux de femmes y tenaient une place assez… modeste, on va dire! Et je trouvais l’approche générale de cet annuaire plutôt “virile”, très orientée “pouvoir” et pas forcément parlante pour les femmes. Alors, je suis allée voir le même éditeur et je lui ai proposé un guide des réseaux de femmes. On était en 2006, il était éventuellement question qu’une femme devienne Présidente de la République l’année suivante. L’argument marketing a fait mouche! Et c’est ainsi que j’ai écrit le premier guide Français des réseaux de femmes avec Wally Montay.

 

 

Programme EVE : Comment avez-vous procédé pour bâtir ce guide?

Emmanuelle Gagliardi : Comme si nous écrivions le Gault & Millau! Nous sommes allés visiter ces réseaux, voir ce qu’ils faisaient, ce qu’ils disaient, s’ils faisaient ce qu’ils disaient… Ce que nous avons constaté, c’est que quelque soit le réseau, quelque soit le secteur, quelque soit le métier, à 35 ans, c’est plafond de verre pour toutes ou presque. Alors, nous nous sommes dit qu’il fallait dépasser le constat et proposer des outils pour aider. Nous avons créé un magazine B2B du succès au féminin qui proposait des rôles-modèles inspirants et des éclairages d’expert-es sur les questions de leadership (ndlr : tiens, nous avons eu la même idée, au blog EVE!). Et un jour, nous avons eu envie d’aller encore au-delà et de travailler sur la mixité. Pour cela, il fallait un lieu d’échanges où l’on apprendrait des choses très pratiques, des choses qui font bouger les lignes dans le quotidien. C’est comme ça qu’est né le Forum de la Mixité, que nous avons d’emblée conçu comme un grand événement, avec des partenaires solides, venant d’horizons divers, du monde de l’entreprise mais aussi des mondes politique, associatif et académique.

 

 

Programme EVE : En effet, le Forum de la Mixité se présente comme un événement dédié à l’action, avec des workshops très pratiques, très orientés sur les solutions… C’est une volonté affirmée?

Emmanuelle Gagliardi : Parfaitement! Nous avons banni la table ronde du Forum! C’est évidemment utile de consacrer un temps à la réflexion et au débat, mais parce que nous sommes convaincu-es que l’égalité est une affaire de co-construction, il nous parait essentiel de ne pas être dans la posture des expert-es qui apportent la bonne parole mais de proposer un espace dans lequel chacun-e co-crée ses bonnes pratiques, en interaction avec les autres. Nos expert-es sont là pour animer les rencontres, leur connaissance fine des sujets permet de faire accoucher les idées des participant-es : c’est de la maïeutique, pas de la didactique!

 

 

Programme EVE : Pour vous, la mixité est toujours quelque chose de participatif?

Emmanuelle Gagliardi : Oui et c’est surtout un mouvement de fond, qui entre en résonance avec ce qu’est la demande, aujourd’hui, précisément une demande de participation. Vous savez, j’ai débuté ma carrière dans la presse conso et j’ai vu l’émergence des questions bio, green, éthique dans l’économie et la société. J’ai aussi vu la façon dont, passée l’idée de “phénomène de mode”, ce sont des préoccupations qui se sont durablement inscrites dans les mentalités et qui ont de fait oeuvré à transformer les conditions de production et les pratiques dans les échanges économiques. On a la même chose avec l’égalité femmes/hommes : oui, on aura du “pinkwashing” comme il y a eu du “greenwashing” mais ce n’est pas ce qui empêchera les vraies transformations de se faire, et de façon irréversible.

 

 

Programme EVE : Qu’est-ce qui vous fait dire qu’il y a un grand désir de mixité, aujourd’hui? On voit aussi beaucoup de résistances à l’oeuvre…

Emmanuelle Gagliardi : S’il y a de la résistance, c’est qu’il y a un vrai sujet, un vrai changement en marche. Mais ça ne suffit pas pour affirmer, vous avez raison, que la mixité est une aspiration profonde de nos sociétés. Ce qui me le fait dire, ce sont les travaux qui ont été menés sur les “valeurs” des gens. En 2000, une vaste étude américaine a révélé qu’un quart de la population ne se retrouvait ni dans le discours des Démocrates ni dans celui des Républicains. Et quand on a interrogé cette portion, loin d’être minime, de la population sur ses valeurs, on a pu en distinguer quatre : l’écologie, la solidarité, le développement personnel et la mixité! Une étude similaire a été conduite en France en 2007 et on est retombé sur exactement le même quarté de valeurs. Ce n’est pas une mode, c’est un socle, le socle d’une nouvelle société.

 

 

Programme EVE : Pour la communication autour du Forum, vous avez fait appel à l’agence de communication “Absolument” qui vous a fait une proposition très axée sur la lutte contre les stéréotypes et qui, pour cela, a mis en scène un objet très symbolique de la vie professionnelle, la carte de visite…

Emmanuelle Gagliardi : C’est une très riche idée que nous a apporté l’équipe (mixte, évidemment) d’Absolument. Oui, la carte de visite, c’est un outil tout simple, très courant, et pourtant, ce qui se cache derrière, c’est hautement sensible. C’est le titre et ça a à voir avec l’identité. Il y a bien sûr l’interminable débat sur directeur/directrice et la féminisation des noms de métier, mais il y a aussi la fameuse notion de “à travail égal”. La façon dont on nomme la fonction positionne, à la fois vis à vis des autres, dans l’organisation, mais aussi vis à vis de soi-même, de la perception qu’on a de son parcours, résumé sur une carte en une ligne sous ses prénom et nom. Mettre en perspective la carte de visite, c’est engager tout un travail introspectif et c’est bien plus dérangeant que ça en a l’air…

 

 

 

Propos recueillis par Marie Donzel

 

Notre partenaire Crédit Agricole SA est sponsor du Forum de la Mixité.

 

 


Retrouvez Claire Léost au Forum de la Mixité

L’auteure du Rêve brisé des working girls, qui nous accordait il y a quelques mois une interview exclusive, présentera son ouvrage au Forum de la Mixité.

Nous avons profité de notre rencontre avec Emmanuelle Gagliardi pour lui demander comment elle ressentait le discours assez critique de Claire Léost sur les réseaux de femmes : “Les questions qu’elle pose sur l’efficacité des réseaux exclusivement féminins sont pertinentes. Pour autant, je crois que les réseaux de femmes n’ont pas la même fonction que les réseaux mixtes. Il ne faut pas les voir comme des espaces d’exclusion des hommes, mais comme des lieux où la parole des femmes se libère, où elles peuvent aborder simplement et sans crainte d’être jugées tout ce qui peut les faire “décrocher” professionnellement. Avoir un entre-soi bienveillant et compréhensif est important pour prendre confiance, c’est même une étape fondamentale. Cela dit, on observe que certains de ces réseaux sont de plus en plus orientés “business” et que, quand ils sont prêts, ils s’ouvrent assez naturellement à la mixité, dans une perspective de co-construction.

 

Infos pratiques

Forum de la Mixité

Sous le haut-patronnage de Najat Vallaud-Belkacem, Ministre des Droits des Femmes

13 décembre 2013

Espace des Blancs Manteaux

48 rue Vieille du Temple

75003 PARIS

Inscriptions

 

ET AUSSI…