5 bandes dessinées à (s’) offrir pour muscler sa culture du leadership équilibré

eveprogramme Actualité, EVE le Blog

La rédaction du webmagazine aime les bulles. Nous vous avons déjà parlé de l’adaptation en BD du spectacle « Je suis Top » de Bandine Métayer, des romans graphiques Donner, c’est recevoir de Jean-Edouard Grésy, Philocomix par le trio Thivet-Werner-Combeau, de la bio en images d’Olympe de Gouges et de celle de Benoîte Groult, de l’adaptation de Roald Dahl par Pénélope Bagieu, de la collection « Grands destins de femmes » aux éditions Naïve…

A l’approche des fêtes, nous vous proposons une sélection de 5 BD récentes pour muscler sa culture du leadership équilibré.

 

Simone Veil ou la force d’une femme d’Annick Cojean & Xavier Bétaucourt – Editions Steinkis

Comment mettre dans des cases les mille et une vies d’une icône telle que Simone Veil ? La grande reporter au Monde Annick Cojean qui a rencontré à plusieurs reprises la mère de la loi sur l’IVG a relevé le défi avec l’illustrateur Xavier Bétaucourt. Ensemble, ils donnent à voir avant tout la personnalité d’une femme, formidablement pertinente, douée d’une grande intelligence des situations, profondément humaine et dotée d’une sorte de supplément d’âme poussant chacun·e vers les voies de l’honnêteté. Car ce qui intéresse aussi Cojean et Bétaucourt, c’est un certain « effet Simone Veil » sur celles et ceux qui la rencontrent mais aussi plus globalement sur les mentalités. En effet, nous raconte la BD, Simone Veil, c’est une inspiration pour toutes et tous, aujourd’hui comme ça l’était hier et cela le restera à l’avenir.

Simone Veil ou la force d’une femme

 

Charlie Hebdo libère les femmes – Editions Les Echappés

Pour certains poétiques, pour d’autres ironiques ou bien sarcastiques, parfois potaches, souvent irrévérencieux, goguenards, mordants, politiques, aigre-doux, ouvertement joyeux ou même carrément coquins, les plus de 300 dessins rassemblés dans ce recueil retracent 40 ans de regard sur l’égalité femmes/hommes par les meilleurs caricaturistes et illustrateurs du journal satirique. Du partage des responsabilités domestiques à #MeToo en passant par la parité sur les bancs de l’Assemblée, le poids des religions sur la condition des femmes, les violences sexuelles, les mouvements féministes, tout y passe ! Et c’est pour la bonne cause car c’est peut-être par le rire et son formidable pouvoir dédramatisant que l’on parviendra à embarquer toujours plus de monde dans le combat pour une égalité bénéfique à tou·te·s.

Charlie Hebdo libère les femmes

 

A corps et à cris d’Eve Cambreleng – Editions Albin Michel

Poils ou pas poils ? Il faut être naturelle, mais lisse de la gambette tout de même ! Ligne de guêpe ou formes généreuses (mais alors, sans cellulite !) ? Arrêtez d’être obsédées par votre poids, mais restez dans la norme tout de même ! Jupe trop longue de femme trop prude ou jupe trop courte de femme trop légère ? Ce n’est pas si difficile que ça de s’habiller « correctement » ! Prends un peu soin de toi, mais ne te maquille pas trop, t’es plus belle quand t’es toi, mais ça ne fait pas de mal de se mettre en valeur, n’en fais pas trop, mais sois pas trop effacée non plus. L’âge ? C’est dans la tête ! Mais une bonne crème antirides fait des miracles, quand même, etc. etc. etc. Les injonctions qui pèsent sur le corps des femmes pèsent aussi sur leur santé, leur estime de soi, leur authenticité dans leur relation aux autres, leur droit à la sororité… Et si on lisait la BD d’Eve Cambreleng pour s’en libérer et mieux s’accepter ?

A corps et à cris

 

Mal dominant de Fabrice Erre – Éditions 6 Pieds sous terre

C’est l’histoire d’un MOB. Comprenez Mâle Occidental Blanc. Qui, pour ne rien arranger à son cas, mange de la viande et assume son hétérosexualité. Bon, pour sa défense, il est gringalet. Mais ça ne l’empêche pas de bénéficier du privilège masculin. Mais derrière chaque MOB, caricatural forcément caricatural, se cache un homme. Un homme unique et complexe qui serait tenté de crier au #NotAllMen quand on lui parle de #MeToo… Mais il s’attend à ce que cela ne soit pas forcément bien pris. Alors, il tente d’esquiver les jets de tomates pourries pour s’expliquer un peu plus en longueur sur ce qui traverse les masculinités d’aujourd’hui : les plaisirs tabous de la virilité mais les angoisses aussi que cela suscite, l’envie de plaire aux femmes éveillées mais la peur de se faire jeter, la revendication d’un droit à la maladresse voire à l’erreur mais la peur de faillir… Parant les accusations de masculinisme larvé, Fabrice Erre tente par le second degré d’ouvrir le dialogue sur ce que certain·e·s appellent la « crise de la masculinité ».

Mal dominant

 

La solution pacifique de Grésy, Casalanguida & Makyo – Éditions Delcourt

Après Donner, c’est recevoir, l’anthropologue Jean-Edouard Grésy (ndlr : speaker du Programme EVE) confirme son talent de scénariste de bande dessinée (ici en tandem avec Makyo) avec un captivant essai graphique sur la conflictualité. Prenant pour terrain d’observation la crise calédonienne de 1988, il offre au magistral coup de crayon de Casalanguida un fil narratif captivant pour dire les vertus de ce que l’on a appelé « la méthode Rocard ». Une approche humaine de la négociation, appréhendée comme une aventure de l’altérité fondée sur la compréhension des intérêts réciproques et la considération de chacun. Une BD qui résonne forcément avec l’ouvrage 7 négociations qui ont fait l’histoire de France également paru cette année.

La solution pacifique

 

 

Marie Donzel, pour le webmagazine EVE

ET AUSSI…