Egalité pro, leadership au féminin: 7 actus à retenir d’octobre 2015

Eve, Le Blog Actualité, Egalité professionnelle, Leadership, Rôles modèles

La revue de web

 

Chaque fin de mois, le blog EVE vous propose sa revue de web : un tour d’horizon des actualités marquantes sur le front de l’égalité, du leadership des femmes et du partage des responsabilités.

 

 

Le manifeste du mois : pour plus de femmes dans les négociations de paix

« Faut-il prendre les armes pour être autour d’une table de pourparlers de paix ?« .

Ainsi Julienne Lusenge, co-fondatrice et présidente de l’ONG Sofepadi qui lutte contre les crimes sexuels perpétrés contre les femmes en temps de guerre, apostrophait-elle les membres du Conseil de Sécurité de l’ONU, le 13 octobre. Dénonçant le non-respect de la résolution 1325 qui posait, déjà il y a 15 ans, le principe d’une participation accrue des femmes aux négociations de paix, elle a exigé qu’on en finisse avec les déclarations d’intention et qu’on passe enfin aux actes.

 

Quelques jours plus tard, ONU femmes faisait paraître un rapport indiquant que la contribution des femmes aux accords de résolution de conflits augmente de 20% l’effectivité et la pérennité de tels accords à l’horizon de deux ans, et de 35% à l’horizon de 15 ans.

 

 

La vidéo du mois : #More Women, un clip d’Elle UK pour dénoncer l’invisibilité des femmes dans les espaces de pouvoir

A quoi ressemble un monde où les femmes sont rares? A celui des décideurs tel que nous le connaissons, sans même forcément nous en rendre compte. Et si, pour bien le faire comprendre, on inversait les rôles?

Imaginez que l’on retire de la photo tous les hommes qui y figurent, pour ne garder que les femmes. La web TV du magazine Elle UK s’est livrée à ce jeu du « tu m’invisibilises dans la vraie vie, je t’efface avec photoshop ». Résultat saisissant : jugez-en par vous-même.

 

 

  

 

La leçon d’histoire du mois : une expo dédiées aux pionnières de l’assemblée nationale

Il y a 70 ans (seulement), les Françaises votaient pour la première fois… Et obtenaient aussi le droit de se présenter aux élections législatives.

Elles furent 33 (6%), cette année-là, à prendre siège au Palais Bourbon. 33 pionnières parmi lesquelles Madeleine Braun qui deviendra vice-présidente de l’Assemblée en 1946 et Marie-Madeleine Dienesh qui sera la première femme nommée présidente de commission en 1967.

Une expo temporaire leur est dédiée qui invite à (re)découvrir leurs visages, leur parcours, leurs combats et leur apport à la société française.

 

La cérémonie d’inauguration de cette expo a été un peu ternie par la déception de n’avoir pu faire livrer à temps le buste d’Olympe de Gouges qui doit normalement être érigé cette année dans les allées de la Salle des Quatre-Colonnes. Sandrine Mazetier, Vice-présidente de l’Assemblée Nationale fait contre mauvaise fortune bon coeur : dès que la sculpture sera prête, une nouvelle occasion de célébrer les femmes exemplaires se présentera.  

 

 

La mise au point du mois : le rap n’est pas plus sexiste que le rock ou la musique classique!

Eloïse Bouton

Le rap, une discipline par nature sexiste, avec son imagerie extra-virile, ses clips dégradants pour l’image des femmes et ses textes franchissant parfois franchement la ligne rouge de la misogynie? Que nenni, proteste la journaliste et auteure Eloïse Bouton, qui vient d’ouvrir un réjouissant blog, Madame Rap,  consacré aux femmes du mouvement hip hop.

 

Pour elle, ce n’est pas le rap en soi qui serait un art plus sexiste qu’un autre (et de lister de bons exemples de machisme caractérisé dans l’histoire du rock ou de la musique classique, pour ne pas citer quelques navrantes strophes dans l’univers de la variété), mais les prismes avec lesquels producteurs et médias nous « vendent »  cette culture d’origine populaire. Pour Eloïse Bouton, (ne) montrer (que) le machisme crasse du rap, c’est faire un peu oublier qu’on n’est pas très glorieux non plus de ce point de vue derrière les pianos à queue des beaux quartiers et les basses électrisées des festivals! Et c’est surtout silencier toute une part de la création rappistique… Faite par les femmes et parfois fortement engagée en faveur de l’égalité.

Vous en voulez des preuves : allez donc visionner les clips de Sonita Alizadeh, jeune rappeuse afghane qui dénonce avec puissance et grâce les violences faites aux femmes.

 

 

 

 

Le « bien vu » du mois : ManWhohasitall, un tumblr gentiment ironique pour parler conciliation des temps de vie

Vous souvenez-vous de la tribune d’Anne-Marie Slaughter « Why Women can’t still have it all?« . Un authentique pavé dans la mare en pleine année 2012 qui voyait pousser un peu partout des politiques de promotion du leadership des femmes… Qui pour certaines oubliaient que rien ne serait possible dans les entreprises tant que les femmes auraient une deuxième journée à commencer en sortant du boulot.

Cette thématique du « have it all » (un super boulot, une jolie famille, une vie amicale épanouie, un mental d’acier et un tailleur impeccablement repassé, s’il vous plait), beaucoup en ont dénoncé le caractère intrinsèquement sexiste : pourquoi est-ce toujours aux femmes, et seulement aux femmes, que l’on adresse cette question d’être ou ne pas être superwoman?

 

C’en est fini de considérer le « have it all » comme un seul serpent de mère, depuis qu’un jeune papa (c’est en tout cas que ce que cet anonyme annonce) a lancé son tumblr ManWhoHasItAll et un fil Twitter associé, parodiques à souhait. Où il se félicite d’avoir une femme formidable qui « l’aide » pour les tâches ménagères, un coach adorable qui l’a libéré de la culpabilité de ne pas repasser l’envers des couettes et des copains qui partagent généreusement leurs « good tips » pour rester désirable aux yeux de madame même en dormant 4 heures par nuit. Jubilatoire !

 

 

La sportive du mois : Justine Siegal, première femme à entraîner une équipe de baseball de la MLB

Casquette yankee vissée sur le crâne et balle de liège et cuir en main, Justine Siegal fait sensation : cette star du baseball américain est la première femme à qui le club des Oakland Athletics confie le post de coach… Et du même coup, la première femme à entraîner une équipe du championnat de MLB.

 

Interviewée en exclusivité française par les Nouvelles News, elle ne fait pas mystère des barrières sexistes  érigées sur son parcours : des proches qui tentent de décourager son envie de jouer, un coach admiré qui reconnaît son talent mais ne donne pas cher de ses chances de se faire entendre dans le milieu, des regards ébaubis sur le terrain et des commentaires douteux sur les réseaux sociaux…

Mais elle a le tempérament aussi tenace que le lancer puissant et précis : elle s’accroche, crée une asso de promotion du baseball pour toutes et tous et contribue, parallèlement à sa carrière de sportive, aux travaux d’un département d’éthique du sport à la Northeastern University.

Et comme elle n’a décidément que des qualités, elle est prête à assumer pleinement son statut de rôle-modèle : sans en faire trop et sans fausse modestie non plus, juste avec une conscience aiguë que son exemple peut servir à d’autres filles pour se lancer et aux garçons pour les accepter. Respect !

 

 

Les nobellisées de l’année : Tu Youyou et Sveltlana Alexievitch

Octobre, c’est la saison des Nobel. Cette année, 10 figures incontournables en leur domaine ont été primées. Dont 2 femmes. La première en médecine, Tu Youyou, récompensée pour ses travaux sur les maladies parasitaires. La seconde, Svetlana Alexievitch remporte un prix Nobel de littérature aux accents très géo-politiques, quand l’essentiel de son œuvre porte sur les guerres à l’ère soviétique et post-guerre froide, et en particulier au statut et rôle des femmes dans celles-ci.

 

Avec ces deux nouvelles nobellisées, la féminisation du Prix ne progresse qu’à pas très lent : les femmes comptent toujours pour moins de 6% des personnalités consacrées pour leur apport essentiel aux progrès de l’humanité. Sans excès de maussaderie, notons aussi que les prix décernés en 2015 à des femmes le sont dans les disciplines où la représentation féminine est déjà la plus élevée. En revanche, il n’y a toujours qu’une seule Nobel d’économie, dans toute l’histoire du Prix.

 

 

 

Marie Donzel, pour le blog EVE.

 

 

 

 

 

 

ET AUSSI…