Best practice : zoom sur le coaching interne de Danone

Eve, Le Blog Dernières contributions 0 Comments

Danone compte parmi les rares entreprises à avoir développé un coaching de dirigeants en interne. Cette démarche innovante intitulée « Leader’s Perspectives » implique aujourd’hui des partenaires coachs externes et  internes à travers le monde, qui œuvrent au plus près des équipes pour accompagner la transformation de l’entreprise. Rencontre avec les deux « corporate hackers » qui ont pris l’initiative de ce programme en 2013 et en ont fait un incontournable de la politique RH : Marie-Agnès Debar et Arielle Genton.

Pouvez-vous nous raconter la genèse du programme de coaching interne de Danone ?

Marie-Agnès Debar : En 2013, Danone a connu un important plan d’adaptation visant à réduire par deux le nombre de CoDirs en Europe. 1000 postes de directeurs & managers ont été supprimés, touchant des leaders très engagés et pivots de l’engagement de leurs  collaborateurs/collaboratrices. Consciente de cet impact sur le reste de l’entreprise  Muriel Pénicaud,  DGRH de l’époque, voulait un plan d’adaptation cohérent avec le double projet économique et social. De mon côté, j’étais formée au coaching et j’avais la conviction qu’il était essentiel d’accompagner les équipes qui allaient contribuer à construire le Danone de demain et pas mettre seulement le focus sur ceux qui devaient nous quitter. Je suis donc allée voir Muriel avec une proposition en ce sens et elle m’a donné carte blanche sur les 2 ans du plan  pour monter une approche de support aux équipes en pleine transformation.

Je ne voulais pas partir seule dans cette aventure, convaincue de la force des interactions pour construire des avancées dans de tels contextes. Je me suis tournée vers Arielle, elle aussi formée au coaching et convaincue de la valeur que cela pouvait apporter.

Arielle Genton : A l’époque, j’étais DRH de danone.communities, ce qui me permettait d’avoir effectivement une vision élargie de l’innovation sociale, du potentiel de la diversité inclusive, avec une approche « empowerment » des individus et des collectifs. Quand Marie-Agnès m’a parlé de son projet d’aider les gens de notre groupe à passer le difficile cap de ce projet de restructuration, je me suis dit qu’au-delà de  l’accompagnement des communautés au Bangladesh ou au Cambodge à se renforcer collectivement pour agir sur leur propre destin, ma juste place était également en Europe pour proposer la même chose aux salarié·e·s de notre entreprise.

Comment vous y prenez-vous pour mettre en place cette approche de coaching interne ?  

Arielle Genton : On a commencé en mode « labo » avec des ateliers d’une vingtaine de personnes, dont des DG, co-construits et co-animés avec des coachs externes. Notre premier thème de travail a été l’accompagnement des annonces de départ. Notre méthode : la co-construction de réponses à partir des apports de l’intelligence émotionnelle.

Marie-Agnès Debar : Des ateliers de coaching ont été intégrés dans 2 meetings officiels de brief  des Dirigeants sur le plan d’adaptation à Paris et Amsterdam. Les Dirigeants en ont perçu la valeur. Et c’est à l’issue de ces meetings que certains d’entre eux nous ont appelées pour entreprendre la même démarche auprès de leur CODI.

Quels sont les fondamentaux de cette approche  de coaching d’équipe « à la Danone » ?

Arielle Genton : L’interne/externe, pour commencer. Le message qui doit passer, c’est « les coachs internes savent ce que l’on vit et prennent soin de nous ; les coaches externes apportent des benchmarks et nous challengent sur nos manières de faire ». Notre idée, c’est que le coaching d’équipe est particulièrement important en phase de transition.

Marie-Agnès Debar : Va ainsi naître une approche innovante de coaching d’équipe portée par un « binôme de coachs » interne / externe ; l’un des 2 coachs  travaille avec le leader et l’autre est en support de  l’équipe. Nous co-construisons avec notre réseau de partenaires une approche de coaching d’équipe performante en 6 jours dans laquelle nous introduisons quelques « boussoles » sur la confiance, les décisions, le management,… pour équiper les personnes de repères solides et les rendre autonomes dans l’appréhension de la transformation

Arielle Genton : Le rôle d’accompagnement du coach, c’est de faire passer de l’implicite à l’explicite, en créant les conditions de conversations/ confrontations saines et productives. Le process compte plus que le résultat.

Quels sont les retours des participant·e·s à ce programme ?

Arielle Genton : Ce que nous rapportent les participant·e·s au programme de coaching interne de Danone, c’est qu’ils y trouvent d’abord un espace de respiration, de prise de recul et surtout de discernement. Puis, ils font part des effets sur la cohésion d’équipe, la solidarité, une meilleure fluidité relationnelle. Et enfin, ils disent que passer par le coaching d’équipe leur a permis de faire évoluer les comportements et de faire bouger concrètement les lignes dans le business au quotidien.

Marie-Agnès Debar : Le coaching permet et doit provoquer de vrais changements. Quand les participant·e·s nous disent « ça me fait aller beaucoup plus loin que je ne l’aurais imaginé », nous sommes sur la bonne voie

Vous qui accompagnez depuis 5 ans des dirigeant·e·s dans la transformation, quelle vision avez-vous du/de la leader du XXIè siècle ?

Marie-Agnès Debar : Le contexte actuel est exigeant vis-à-vis  des leaders : il s’agit pour eux de tenir et développer le business courant tout en opérant des transformations profondes. Ce sont deux champs de compétences différents, aux frontières de l’injonction paradoxale. Mais d’un autre côté, seul l’humain, avec ses imperfections, la force de ses intuitions et sa créativité, peut relever ce défi. Ce contexte est une opportunité pour nos leaders d’apprendre, de croître et se renouveler.

Arielle Genton : L’époque des héros solitaires est terminée. Les leaders réalisent que sans l’équipe, ils ne sont rien. Que ce n’est pas à eux de « faire », mais qu’ils doivent engager le collectif. Le pouvoir du leadership aujourd’hui, c’est un pouvoir de transformation.

Marie-Agnès Debar : L’humilité, le courage et la discipline sont sans doute trois qualités importantes du leader à venir.

Arielle Genton : L’humilité, c’est voir l’autre plus grand que soi, et le collectif plus important que les individus

Marie-Agnès Debar : Le courage, c’est la rencontre du cœur et des tripes ! Ce n’est pas seulement  un acte éphémère de bravoure, mais  un engagement profond, sincère et déterminé.

Arielle Genton : Et la discipline, c’est prendre soin de soi autant que des autres. Car il n’est pas de leader inspirant qui ne soit lui-même inspiré et équilibré.

Propos recueillis par Valérie Hernandez Amalou et Marie Donzel, pour le webmagazine EVE.

ET AUSSI…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *