Cultiver l’intelligence de ses émotions… Avec le réseau Alter Egales de la Caisse des Dépôts

Eve, Le Blog Dernières contributions, Développement personnel 0 Comments

Cultiver l’intelligence de ses émotions : tel était l’intitulé de la conférence organisée le 6 juin 2019 par Alter Égales, le réseau mixité du Groupe Caisse des Dépôts, que près de 200 personnes ont eu le plaisir de suivre, à Paris et en régions. Les équipes du programme EVE en étaient et vous livrent les enseignements délivrés par le conférencier Nicolas Iordanoff, coach professionnel.

On commence par une bonne nouvelle : l’intelligence émotionnelle, nous l’avons toutes et tous en nous ! Aussi « suffit »-il de la muscler… Et d’en avoir envie ! À moins d’être psychopathe, nous ressentons toutes et tous des émotions, et ces dernières constituent un formidable levier au service de notre développement personnel et de la qualité de nos relations aux autres.

Ainsi, toute émotion – qu’elle soit positive ou négative – est légitime : elles ne sont pas une déviance de l’évolution humaine, bien au contraire ! Le tout est de savoir les reconnaître pour connecter avec notre identité profonde, qui s’apparente à la « partie immergée de l’iceberg ». Reste ensuite à savoir ce que l’on en fait. En effet, les émotions négatives (la peur, la tristesse, la colère, le dégout…) sont autant de signaux qui nous avertissent que les éléments qui sont à aligner dans notre personne ne sont momentanément plus en phase avec notre environnement. Alors, qu’est-ce qu’on fait ?

La première étape consiste à connaître ses émotions. Nicolas Iordanoff nous présente les 4 principales :

  • La peur, qui peut être naturelle, culturelle ou encore apprise, correspond à une situation de menace liée à la perception d’un danger ;
  • La joie, qui se fait l’expression d’une situation de plénitude, de réussite et qui contribue à notre bonheur et à notre bien-être ;
  • La tristesse aide à se placer comme « hors du temps » pour digérer une perte, réfléchir à sa signification et à effectuer les mises au point psychologiques pour avancer ;
  • La colère est, elle, l’émotion qui positionne une insatisfaction ressentie vis-à-vis de la situation.

Lorsqu’on est bien au clair sur la nature de ses émotions, place au développement de la maîtrise de soi. Quand une émotion nous traverse, même désagréable, il est important de savoir la reconnaître et d’en faire une alliée. La peur nous envahit ? Il est alors temps d’évaluer les risques. La colère nous a traversé·e ? Il est toujours temps de revenir vers l’autre en s’appuyant sur la méthode OSBD de la communication non violente, en s’excusant de s’être emporté·e et en mettant les mots sur le besoin insatisfait (sans bien sûr être dans l’attaque ou la tentation passive agressive). Même le registre de la joie mérite notre attention : qu’est-ce qui fait, dans la situation, que nous nous sentons satisfait·e·s de notre condition, en état de bien-être voire de bonheur ?

La troisième étape, cruciale pour développer des relations saines avec son environnement, repose sur l’acceptation des émotions de l’autre pour ainsi parvenir à se mettre en phase avec elle/lui sans renier ses propres émotions. C’est une forme d’écoute qu’il s’agit de pratiquer au jour le jour : écoute des paroles cela va de soi, mais aussi de toute la communication non verbale sinon plus parlante de nos états émotionnels.

La quatrième et dernière étape de la maîtrise des émotions n’est pas la plus évidente car elle demande un changement de regard : il s’agit de mettre les émotions au service de la relation. Pour cela, il faut faire un pas vers l’autre en verbalisant l’émotion dans le but de mettre en lien ses besoins et ceux de l’autre. Le dialogue, quand il est constructif, c’est-à-dire factuel et sans jugement, permet de faire se rencontrer les deux récits qui sont peut-être différents mais pas moins légitimes l’un et l’autre.

Enfin, si la prise de conscience est utile, il est ensuite question de laisser place à l’expérience ! Remettre l’émotion au rang de ce qui nous compose et lui laisser place dans nos relations aux autres revient à opérer un changement culturel et social profond. Ce changement est certes nécessaire, il n’en demande pas moins un peu de motivation !

 

Valentine Poisson, pour le webmagazine EVE

ET AUSSI…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *