EVE 2017 – A la rencontre d’Allal Bennani

Eve, Le Blog Développement personnel 0 Comments

Allal Bennani est entrepreneur, thérapeute IFS et expert en psychologie du leadership. Intervenant à EVE, il anime un atelier sur le « pouvoir de l’enthousiasme ». Il répond aux questions de la rédaction du webmagazine EVE sur son parcours et sa vision du leadership.

 

Bonjour Allal. Pouvez-vous nous raconter le parcours qui vous a conduit à devenir directeur de Zara Homme puis coach IFS ?

Allal Bennani (c) Clémence Hérout

Allal Bennani : je suis entré chez Zara juste après mes études, comme commercial pour le Moyen-Orient. Après 8 mois, on m’a proposé la direction commerciale et un an plus tard la direction générale de Zara Homme. A 26 ans, je me trouvais donc à la tête d’une entité couvrant 87 pays et comptant 3600 boutiques. Une vraie success story dont peut rêver tout étudiant d’école de commerce ! Mais après 8 ans dans ces fonctions, j’ai pris conscience que je n’étais pas moi-même dans ce rôle. J’ai voulu renouer avec ma conviction profonde que je suis né pour aider. C’est ma mission.

Je me suis fait une formation sur mesure pour m’initier à toutes les approches les plus pertinentes pour se développer et accompagner les autres. Pendant 4 ans, je suis allé à la rencontre des meilleurs experts et mentors : j’ai rencontré le Dalaï-Lama, Tony Robbins, Dick Schwartz (fondateur de l’Institut pour le Développement du Self Leadership)… C’est comme ça que je suis devenu thérapeute IFS : je soigne des personnes, j’enseigne, j’anime des ateliers comme ici à EVE (ou bientôt à Paris, les 28-29 octobre)…

 

Votre atelier à EVE vise à « réveiller » le potentiel d’enthousiasme des personnes. Comment vous y prenez-vous ?

Allal Bennani : Chacun.e de nous a énormément de ressources à l’intérieur. Sans le savoir. Mon travail consiste à reconnecter les gens avec ce qu’ils ne savent pas qu’ils ont en eux-mêmes. Je débloque les freins, je soigne les blessures en allant chercher ce qui a fait mal en profondeur… Une croyance commune nous rend inquiet.es à l’idée d’aller travailler sur nos blessures, on craint de rouvrir les plaies. Mais c’est le contraire : ça libère ! Il nous faut simplement nous éduquer à regarder vers l’intérieur de nous-même.

Le coaching traditionnel met les personnes en mouvement : on vous fixe des objectifs à atteindre, l’un après l’autre. C’est bien tant qu’il y a du mouvement, mais le jour où on s’arrête, ça casse si on n’a pas pris le temps d’approfondir son intériorité. Pour amener les gens à se reconnecter à leur intériorité, je crée des expériences, des exercices et des jeux de rôle : c’est par le corps que l’on comprend le mieux les choses et que l’on peut changer.

 

Pour vous, c’est quoi le leader d’avenir ?

Allal Bennani : Le leader d’avenir est responsable et humain. Responsable, c’est-à-dire conscient que ses dires et ses actes ont des impacts sur la planète. Humain, parce que l’épanouissement des individus est au cœur du changement. Les nouvelles générations ne veulent pas un salaire, elles veulent du sens, de la sincérité, de l’authenticité.

 

 

Propos recueillis par Marie Donzel, pour le webmagazine EVE.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *