Au fait, c'est quoi, "l'effet Matilda"?

admin Best practices, Développement personnel, Egalité professionnelle, Inspirations, Rôles modèles

Un concept à la loupe

 

 

2% de noms de rue attribués à des femmes célèbres (nous en parlions dans notre revue de web pas plus tard qu’hier), à peine plus de 3% de personnages historiques féminins parmi ceux cités dans les manuels scolaires (ainsi que le révélait il y a quelques semaines une étude du Centre Hubertine Auclert), seulement 2 femmes au Panthéon français (dont l’une y repose en tant qu’épouse)… Mais pourquoi les femmes sont-elles si rares au contingent de ceux dont on reconnait l’apport essentiel aux progrès de l’humanité?

 

Prisme sexiste (éventuellement inconscient) chez qui décide de rendre hommage ou pas à une personnalité en lui donnant un nom de rue ou en lui accordant un paragraphe dans un ouvrage de référence? Résultat de l’insuffisant accès des femmes à l’éducation jusqu’à des temps récents? Ces hypothèses s’explorent, mais pour cerner plus précisément la question, il faut aussi penser les conditions d’accès à la postérité des figures majeures de toute époque…. Et s’intéresser à « l’effet Matilda »!

 

Merton et les « laissé-es pour compte » de l’histoire de la science

Robert K. Merton

Dans les années 1960, le sociologue de « l’école de Chicago » Robert King Merton, à qui l’on doit notamment une fine description des mécanismes de la « prophétie auto-réalisatrice », s’est précisément penché sur la question de la « valeur » scientifique et partant, sur le processus de reconnaissance historique des personnes ayant fait progresser la recherche.

Son enquête l’a amené à constater que dans l’entourage au sens large (les proches, mais aussi les contemporains) de tout individu dont le génie a été socialement sacré, il y a toujours des personnes qui ont participé (parfois très grandement) à l’avancée de ses travaux.

Mais comme par un « effet de halo », la mise en lumière d’une personnalité scientifique donnée tend à plonger celles qui l’ont accompagnée et/ou bien ont mené des recherches concomitantes dans l’ombre. Lesquelles finissent, affirme Merton, en laissé-es pour compte de l’histoire de la science.

 

Une théorie de la distribution inéquitable de la gloire

« Matthieu et l’ange », Guido Reni

Elaborant une théorie de l’édification des réputations passant par une distribution inéquitable de la gloire, Merton lui donne le nom « d’effet Matthieu », en référence au verset de l’Evangile selon Matthieu qui dit « Car à celui qui a il sera donné, et il sera dans la surabondance ; mais à celui qui n’a pas, même ce qu’il a lui sera retiré. »

En d’autres termes, on ne prête qu’aux riches, y compris en matière de notoriété et de postérité. En cause, dit-il, les process sociaux de la reconnaissance de l’excellence : critères de légitimité définis « entre soi », réseaux favorisant la visibilité, perceptions communes de la compétence etc.

 

Des femmes scientifiques d’apport majeur mais « oubliées par l’histoire », L’historienne Rossiter en trouve à foison!

Margaret Rossiter

A la suite de Merton, l’historienne des sciences Margaret Rossiter s’intéresse, au début des années 1990, au sort tout particulier des femmes dans la mémoire scientifique.

Battant en brèche l’idée un peu simpliste selon laquelle le faible niveau d’éducation des filles dans la population globale aurait interdit l’émergence de grandes mathématiciennes, physiciennes ou biologistes au cours des siècles, Rossiter déniche les travaux d’une foule de femmes scientifiques dont certains remontent au Moyen Âge (tels ceux de la professeure de médecine italienne Trotula de Salerne, entre autres exemples cités par elle).

Elle note dans le même temps que « l’effet Matthieu » de Merton est démultiplié quand il s’agit de considérer l’apport des femmes aux sciences. Elle convertit alors le concept « d’effet Matthieu » en « effet Matilda ».

 

Comment « Matthieu » est devenu « Matilda »

Matilda J. Gage

Faut-il voir dans ce changement de dénomination la seule volonté militante de Rossiter de féminiser à tout prix la notion de Merton? Pas tout à fait : car, en nommant le concept d’après la figure de Matilda Joslyn Gage, Rossiter entend conduire la logique intellectuelle du propos à son terme.

En effet, si Merton et elle-même ont développé et approfondi l’idée selon laquelle les conditions d’accès à la notoriété et à la postériorité invisibilisent certain-es actrices et acteurs du progrès, ils n’en sont pas les pionniers. Pour Rossiter, il faut, pour écrire les premières lignes de ce chapitre-là de l’histoire des sciences sociales, remonter aux écrits de la suffragette américaine Gage qui, dès les années 1850, mettaient en évidence l’appropriation par une minorité (d’hommes, à son époque) de la pensée co-construite par d’autres (dont des femmes) ou par des collectifs (comprenant des femmes).

Comprenez donc l’intention de Rossiter ainsi : il faut rendre à Césarine – en réalité à Matilda – ce qui lui appartient.

.

Pour ne plus dire « je ne cours pas après les honneurs! » 

« L’effet Mathieu » et « l’effet Matilda », qui se réalisent aussi avec la « complicité » de celles et ceux qui disent ne pas courir après les honneurs et chercher à mettre en avant leur travail plutôt que leur personne ne sont pas sans challenger, à de multiples titres, notre réflexion sur le leadership au féminin : ils entrent évidemment en résonance avec le fameux « complexe d’imposture », l’ambiguïté de nos rapports avec les « réseaux », les questionnements essentiels sur l’articulation entre l’individuel et le collectif, les remises en jeu des « légitimités » traditionnelles sous la pression des transformations technologiques, sociales et culturelles à l’oeuvre…

Le débat est donc ouvert, pour discuter ensemble de tout ce que le concept d’ « effet Matilda » vient bousculer d’idées reçues sur les femmes et les hommes face à l’histoire.

 

 

Rendez-vous le mois prochain pour un nouveau « concept à la loupe ».

En attendant, vous pouvez aussi (re)lire notre « concept à la loupe » du mois dernier, consacré au « syndrome de la schtroumpfette« .

 

 

Marie Donzel, pour le blog EVE.