Les inégalités professionnelles naissent-elles en même temps que les enfants ?

Eve, Le Blog Dernières contributions, Egalité professionnelle

Il est entendu que la parentalité serait en partie responsable des inégalités femmes/hommes en entreprise, comme l’illustrent les actuels débats sur les congés parentaux. Pour autant, la littérature économique et sociologique s’est peu penchée sur les temporalités d’apparition de ces inégalités. À quels moments de nos vies se cristallisent-elles le plus ? Peuvent-elles éventuellement varier selon l’âge des enfants ?

Retracer les parcours professionnels et familiaux des individus

Retracer les parcours professionnels et familiaux des individus : c’est l’objet de l’enquête Santé et itinéraire professionnel (SIP) de la DARES et de la DREES de 2006-2007 sur laquelle se sont appuyé·e·s Karine Briad et Emmanuel Valat pour savoir à quels moments se forment les inégalités professionnelles entre les hommes et les femmes.

Les résultats de cette étude publiée en février 2018 permettent donc d’analyser le lien entre les inégalités et la parentalité à partir d’une évaluation de la probabilité d’accéder à une position socioprofessionnelle dite « adéquate » au regard du niveau d’études initial, et ce, chaque année allant de la fin des études à l’âge de 50 ans.

Les inégalités se forment avant l’expérience de la parentalité, particulièrement pour les moins diplômées

Ce constat n’en étonnera pas beaucoup : alors même que les niveaux d’études sont proches, les femmes occupent des positions moins élevées et connaissent moins de promotions durant leur vie active.

L’étude montre l’existence d’inégalités femmes/hommes dès l’entrée sur le marché du travail. Ainsi, près de la moitié des femmes (47%) et six hommes sur dix (57%) atteignent une position socioprofessionnelle adéquate dès leur entrée dans la vie active. Cet écart de 10 points de pourcentage à la fin des études augmente durant la première décennie sur le marché du travail jusqu’à atteindre 20 points d’écart et, malgré un léger resserrement les années suivantes, il reste d’environ 15 points à l’âge de 50 ans. Le diplôme jouant le rôle d’un signal positif envers les recruteurs, les moins diplômées seraient encore plus discriminées que les autres femmes.

La parentalité n’est donc pas le seul facteur d’inégalités professionnelles : les discriminations à l’œuvre, les préférences sexuées comme les postures identitaires jouent aussi un grand rôle dans la formation et l’évolution des inégalités entre femmes et hommes sur le marché du travail. Les auteur·e·s de l’étude pointent également une forme de ségrégation professionnelle des métiers dits masculins et féminins qui n’offrent pas les mêmes possibilités de promotion ainsi que le choix, plus ou moins socialement contraint, que font certaines femmes parfois très tôt dans leur vie de privilégier davantage la vie familiale et domestique sur la vie professionnelle.

D’ailleurs, le simple fait d’être en couple s’accompagnerait d’une évolution professionnelle très différente pour les hommes et les femmes, notamment en raison du partage des obligations familiales qui joue le plus souvent en défaveur des femmes.

Frein parentalité : c’est à l’arrivée du premier enfant que tout se joue

Les résultats de l’étude mettent en évidence un creusement des écarts sans précédent à l’arrivée du premier enfant, une nouvelle fois encore plus prégnant pour les non-diplômé·e·s du baccalauréat.

La grossesse et la naissance d’un enfant est encore trop régulièrement apparentée par les employeurs à une forme de désinvestissement des femmes au travail, qui se mettraient à investir le temps familial. Cela se traduit concrètement par une réduction d’activité (temps partiels, moindre flexibilité), voire un retrait plus ou moins durable de la sphère professionnelle.

Mais, chose étonnante, le creusement des inégalités professionnelles femmes/hommes après la première naissance ne seraient pas tant dues à la dégradation de la possibilité pour les mères d’évoluer vers une position adéquate que la hausse de celle des pères. En effet, pour les pères, cette probabilité augmente à partir de l’arrivée du premier enfant, particulièrement pour ceux n’ayant pas le bac. Deux types de comportements seraient à l’œuvre : d’une part, ils deviendraient plus actifs professionnellement en étant père pour assurer la sécurité de la cellule familiale, d’autre part leur réussite professionnelle pourrait être un préalable à la construction d’une famille.

Quoiqu’il en soit, la grande inégalité femme/homme face à la parentalité est là : devenir père accorde dans les faits une prime socioprofessionnelle quand devenir mère handicape la carrière !

Le nombre d’enfants affecte également l’évolution professionnelle

Les inégalités socioprofessionnelles s’accentuent pour tout le monde à partir de la naissance du premier mais à un rythme et une ampleur variable au fil des naissances suivantes, cette fois essentiellement à cause d’une dégradation de la situation relative des femmes.

Ainsi, Karine Briard et Emmanuel Valat montrent le fort impact de la plus grande durée cumulée d’inactivité de ces femmes formant des familles nombreuses, durée qui s’accompagne d’un moindre développement de compétences et d’acquisition d’expériences. Cela témoigne un désinvestissement de la vie professionnelle, et corrobore à tout le moins avec l’idée communément admise que la durée de l’interruption d’activité explique l’essentiel de la pénalité salariale qu’elles subissent après une naissance.

Quelques années après la dernière naissance : une réduction des inégalités, particulièrement pour les non-diplômés du bac

Les résultats des travaux de Karine Briard et Emmanuel Valat pointent enfin un certain phénomène de rattrapage des inégalités socioprofessionnelles entre les hommes et les femmes après la dernière naissance, ou trois ans après la naissance du premier pour celles et ceux qui n’en n’auront qu’un au cours de leur vie. Ce phénomène serait de plus grande ampleur pour les moins diplômés, mais sans pour autant que le taux d’accès des femmes à une position adéquate rejoigne celui des hommes, tous diplômes confondus.

Cela serait dû d’une part à l’infléchissement de la dynamique d’évolution des pères et d’autre part par l’amenuisement des causes identifiées comme préjudiciables aux femmes lorsque les enfants gagnent en autonomie.

En somme, sans s’y limiter, les inégalités professionnelles de genre apparaissent très liées à la parentalité. On peut certes s’interroger sur la persistance du constat et de l’analyse de cette étude sur les générations actuellement actives sur le marché du travail, mais a priori pas sur la pertinence des politiques d’égalité professionnelle visant à lutter contre les stéréotypes de genre et en faveur de la conciliation des temps de vie.

Valentine Poisson, pour le webmagazine Eve

ET AUSSI…