Le « Village by CA », parce que de la diversité naissent la créativité et l’agilité

Eve, Le Blog Dernières contributions, Egalité professionnelle, Leadership, Responsabilité Sociale, Rôles modèles

 

Fabrice Marsella

Le « Village by CA » a récemment ouvert ses portes en plein coeur de Paris.

Témoin d’une approche inédite de l’innovation portée par le Groupe Crédit Agricole et concrétisation des relations résolument collaboratives que ce Groupe entend entretenir avec son écosystème, cet espace de 4600 m2 en capacité d’accueillir jusqu’à 100 start-ups se conçoit comme une zone de frottements constructifs entre les cultures, les méthodes et les visions d’entrepreneur-es d’horizons les plus divers possibles

Pour en savoir plus, le blog EVE a rencontré le directeur du « Village by CA », Fabrice Marsella.

 

 

Eve le blog : Bonjour Fabrice. Où sommes-nous aujourd’hui?

Fabrice Marsella : Rue la Boétie, en plein Paris hausmannien, dans un quartier d’affaires ancien et dans un bâtiment très classique… Où l’on installe une pépinière de start-ups et un laboratoire d’innovation avancée!

Nous avons bien entendu préservé l’architecture de ce très bel immeuble mais nous en avons pensé l’aménagement intérieur pour favoriser au maximum le partage des savoirs et des savoir-faire et les « frottements » entre les cultures en présence.

Concrètement, nous avons des bureaux attribués ouverts ou fermés qui peuvent accueillir des personnes en individuel et des équipes entières ainsi que de nombreux « bureaux situationnels » conçus aussi bien pour les occasions où l’on a besoin de s’isoler (espaces de concentration) que pour celles où l’on souhaite échanger au sein du Village ou avec l’extérieur (salles de réunion et de formation, salons de réception de réception, visio rooms…). Nous avons aussi des espaces de convivialité (dont une « Place » du village au rez-de-chaussée et une magnifique terrasse panoramique au 8è étage), ainsi qu’un studio et un auditorium.

 

 

Eve le blog : Qui sont les « habitants » de ce « Village » ?

Fabrice Marsella : Des gens avant tout très différents! C’est notre volonté.

Ce sont des start-ups dans leur première poussée, d’autres qui ont déjà commencé à croître, et cela dans des domaines d’activités très variés (du digital, mais aussi du design, de la gastronomie, du développement durable, de la santé, du sport, de l’immobilier, des services à la personne…).

Il y a aussi au « Village » des PME d’excellence qui apportent leur expertise et s’efforcent, si c’est pertinent, de privilégier les « Villageois » quand elles font appel à des prestataires.

Et enfin, nous accueillons de grandes entreprises partenaires (Philips, BETC, GDF-Suez, BearingPoint, HP, Microsoft…) qui viennent à la fois faire bénéficier les start-ups de leur expérience, au travers du mécénat de compétences, et prendre de grandes bouffées d’audace et d’énergie à leur contact.

Nous nous inscrivons dans un mouvement qu’on appelle d’open innovation. C’est une vision co-constructive, partenariale, solidaire et écosystémique de l’activité économique.

 

 

Eve le blog : Qu’est-ce qui a poussé le groupe Crédit Agricole à imaginer et développer ce projet très ambitieux?

Fabrice Marsella : Si on veut remonter à la « préhistoire » du « Village », on peut dire que l’aventure a démarré en 2011-2012 avec CAStore qui est un service permettant à tout client de la Banque de créer ses propres applications bancaires. Non seulement nous avons été épatés par le nombre et la qualité des applis créées (une appli pour personnes malvoyantes, une appli pour suivre spécifiquement ses remboursements de santé, pour arbitrer facilement son épargne, pour lever des fonds…), mais encore avons-nous été littéralement challengés par le succès de certaines sur lesquelles, soyons honnête, nous n’aurions pas misé un kopeck si elles avaient été proposées dans le circuit habituel de nos process d’innovation.

Nous avons pris conscience que pour rester agiles et innovants, il fallait que nous nous ouvrions à la diversité des points de vue, des cultures et des méthodes. C’est le moment où le bâtiment du 55 rue La Boétie s’est libéré et sur cet élan, sans plus attendre, il a été décidé de donner corps à cette volonté d’innover autrement en créant un véritable espace d’accueil et de résidence mais aussi un vaste réseau pour tous ceux qui veulent jouer le jeu!

 

Eve le blog :  » Jouer le jeu », c’est donc un critère premier pour accéder au « Village », y a -t-il d’autres conditions à remplir pour pouvoir s’y installer?

Fabrice Marsella : Les start-ups doivent avoir moins de 36 mois d’existence pour candidater. Ca implique qu’il y aura un certain turn-over et c’est voulu. L’idée est de préserver et d’enrichir encore la diversité du « Village », avec régulièrement de nouveaux entrants.

Les start-ups qui candidatent adressent un dossier, qui passe en comité de sélection avant audition des porteurs de projets par un jury composé de partenaires. Dans l’esprit même du « Village », nous bannissons la grille traditionnelle d’évaluation d’un projet d’entreprise : bien sûr que l’on jette un oeil au business plan, mais on laisse le plus de place possible à l’expression de la conviction des créateurs. Nous nous autorisons « le coup de coeur ».

 

Eve le blog : Quels développements envisagez-vous pour le « Village by CA »?

Fabrice Marsella : Le déploiement en régions du « Village by CA » va être un grand enjeu car notre agilité et notre fluidité passent aussi par un maillage territorial du concept qui permettra à un créateur de trouver facilement des interlocuteurs pour échanger, se faire conseiller et accompagner là où il est, tout de suite, sans devoir forcément planifier un déplacement à Paris. Nous avons déjà 8 caisses Régionales fortement impliquées, prêtes à mettre en place des solutions pour impulser des « Villages » locaux.

Nos partenaires jouent aussi le jeu : par exemple, l’un d’eux a récemment mis à disposition d’une start-uppeuse qui avait un rendez-vous de travail en Rhône-Alpes un bureau équipé, de façon très réactive, sur un coup de fil. Ce sont des initiatives spontanées, dans le pur esprit du « Village », mais que nous encouragerons et organiserons pour garantir un service à nos « résidents » partout ils sont.

Il va encore de soi que notre site Internet, qui a son propre réseau social entre autres nombreuses fonctionnalisés (dont une web-radio mise à disposition par l’une de nos PME d’excellence et animée par le Village), a aussi un rôle essentiel dans l’accès pour le plus grand nombre de créateurs innovants à « l’expérience Village ».

 

 

Eve le blog : Pensez-vous que « Village by CA » peut devenir une sorte de « label », une forme de certification témoignant d’une haute capacité d’innovation chez ceux qui y seront passés?

Fabrice Marsella : Le but n’est pas de faire de « Village by CA » un label ni même un outil de communication. C’est avant tout un laboratoire innovant d’innovation.

Mais il est sûr que nous voulons que soient associées au nom de « Village CA » les notions d’innovation, de talent, d’excellence, de création de valeur, d’audace, d’énergie… C’est de cela dont nous nous donnons les moyens.

 

 

Propos recueillis par Clotilde Jardel (CASA) et Marie Donzel, pour le blog EVE

Lire aussi :

 

– Notre article sur l’expérimentation de l’intrapreneuriat dans le groupe Crédit Agricole SA

– Notre entretien avec Claire Bussac, Responsable Innovation & Technologies RH du groupe Crédit Agricole SA.

– Notre interview de Catherine Le Drogo-Ferrari, directrice Marketing Produits Business chez Orange, sur les conditions de l’innovation avancée